Rénovation énergétique : engager un spécialiste du chauffage à Paris

Installations sanitaire

Si vous désirez rénover complètement votre système de chauffage vers des équipements qui consomment moins d’énergie, faites appel au service d’un spécialiste et bénéficier des aides de l’État. Vous pouvez améliorer dès maintenant vos installations sanitaires afin de réduire les factures d’électricité pour les années à venir. Quels types de spécialistes choisir pour bénéficier de l’aide si votre portefeuille est un handicap ?

Pourquoi engager un spécialiste du chauffage pour améliorer la consommation d’énergie ?

La rénovation énergétique regroupe tous les travaux d’amélioration et de remplacement de chaudière, des équipements sanitaires, du système de ventilation en vue de réduire la consommation énergétique d’une habitation. Les travaux de rénovation concernent essentiellement le chauffage, l’isolation de la chaleur ; la régulation de la température intérieure et le système d’aération. Recourir l’aide d’un spécialiste pour réaliser ses travaux semble le plus approprié. Bien que le propriétaire ait quelques notions de bricolage qu’il veut réaliser soi-même les réparations, le résultat ne sera pas le même. En effet, il y a des normes à respecter pour procéder par exemple au remplacement d’une chaudière ou la plomberie sanitaire. En plus, un simple usager peut maîtriser quelques principes de base, mais la différence va se voir à court terme. En revanche, le spécialiste fera une étude minutieuse des lieux, établi un devis et la liste des équipements et pièces à changer. Ensuite, la qualité des travaux sera différente. Si vous envisagez de rénover complètement les installations sanitaires de votre maison, pourquoi ne pas le faire dans les normes pour obtenir des résultats à long terme. Si vous cliquez ici, soyez-en sûr de trouver un professionnel sérieux et qui peut répondre à vos attentes.

Les différents travaux de rénovation à effectuer

Avant d’effectuer les travaux de rénovation, il faut connaître les besoins de votre maison. Dans le cas où vous avez un budget plus restreint, il vous faut connaître quels travaux doivent être priorisé. Les travaux de rénovation énergétique consistent à effectuer trois grands types de réparation : il y a les petites rénovations, les réparations conséquentes et ceux qui sont lourdes et structurelles. Les petites rénovations concernent les studios ou les logements qui ne demandent qu’un petit budget de réhabilitation. Il est préférable de procéder par étapes, en commençant à partir des combles, du système de chauffage et de la ventilation. Il est toujours avantageux de faire appel à un plombier professionnel pour éviter les erreurs ou les réparations mal faites. Même si vous jugez que c’est une petite maison, le rénovateur fera d’abord une étude thermique, puis un audit complet des installations avant le devis. Ensuite, les réparations conséquentes correspondent au remplacement complet de toute l’isolation, à partir des combles, de la plomberie de chauffage, du nettoyage des ventilations, du remplacement des appareils de climatisation vétuste, du changement des chaudières, etc. Enfin, les réparations lourdes et structurelles concernent les bâtiments anciens qui nécessitent une rénovation complète. Ces types d’habitation sont ceux qui consomment le plus d’énergie, dont il serait temps de procéder à leurs remplacements. Si c’est votre cas, il vaut mieux procéder à la rénovation dès maintenant et bien avant le début de la saison hivernale.

Commencez par les travaux d’isolation thermique !

Les travaux d’isolation thermique font partie des réparations les plus rentables et qui permettent de limiter la déperdition de chaleur à partir du haut vers le bas. Pour ce faire, les zones concernées sont :

– l’isolation de la toiture intérieure. L’importance de la rénovation énergétique par les toitures permet de récupérer 25 à 30 % de la chaleur et de réduire la consommation d’énergie. Les travaux d’aménagement intérieur consistent à améliorer les combles en vue de créer un nouvel espace de vie. Le reste, la partie inhabitable, ou celle qui ne dépasse pas les 1m80 doit être suffisamment isolé pour empêcher la perte de chaleur. Pour cela, il est permis d’ajouter des rampants, ou des membranes-vapeur pour renforcer l’étanchéité de votre toiture.

– L’isolation de la toiture extérieure consiste à vérifier la structure du toit, à boucher les fuites qui laissent passer l’eau de pluie et à nettoyer en profondeur s’il s’agit d’un toit en tuiles. L’opération est moins coûteuse, pour permettre de réduire la consommation d’énergie. Il est possible de refaire l’installation de la toiture si votre logement est vétuste.

– Les travaux d’isolation continue sur les murs, en ajoutant des fibres de verre isolants sous forme de panneaux encastrés. L’avantage de ce système permet de gagner 25 % de chaleur pour passer l’hiver.

– L’isolation des parois vitrées est essentielle pour retenir la chaleur interne.

– Enfin, l’isolation des sols du plancher est primordiale. Cela consiste à installer des structures isolantes en panneau ou en vrac à partir du plancher intérieur. Il permet d’économiser 7 à 10 % du perte de chaleur pour un revêtement simple.

Envisager l’ajout d’un équipement de chauffage

Il est possible de réduire la consommation d’énergie en remplaçant les installations vétustes par des appareils moins polluants et qui consomment moins d’électricité. Ces appareils sont dotés d’une source d’énergies renouvelables et permettent un meilleur rendement que les équipements classiques. Pour ce faire, il faut prioriser l’utilisation des appareils tels que :

– la chaudière gaz à condensation est une machine très puissante. Elle peut réduire la consommation d’électricité jusqu’à moins 20 % que l’utilisation des anciennes chaudières.

– La poêle à bois, toujours d’actualité, est utilisée pour avoir une solution durable et écologique. Pour le combustible nécessaire, vous avez le choix entre le poêle à bûches, au bois de masse et celle à granulés de bois. Avant de les utiliser, il faut consulter le mode d’emploi.

– La pompe à chaleur air air, absorbe l’air extérieur pour transformer l’air chaud qui circule dans une maison en vue de réchauffer l’intérieur.

Son utilisation est recommandée par les professionnels et bénéficie du financement par l’État. Pour la production d’eau chaude, vous avez le choix entre le chauffe-eau solaire et la pompe à chaleur air eau. Le premier récupère les rayons du soleil pour chauffer l’eau vers l’extérieur, en vue d’être utilisé sous la douche. Tandis que le PAC air-eau récupère les calories provenant de l’air extérieur pour chauffer l’eau du robinet. Toutes ces solutions sont envisageables pour réduire de moitié les factures d’électricité. Les autres appareils qu’il faut installer sont les régulateurs de chauffage qui activent et désactivent les équipements de façon automatique. La liste est longue, mais c’est à vous de connaître vos besoins en vous fiant à votre installateur, si vous n’avez pas d’idée, renseignez-vous auprès des entreprises de plomberie si elles proposent ce genre de services.

Bénéficier des subventions de l’État

L’État encourage les maisons individuelles à rénover leurs installations. Pour cela, des aides état et rénovation sont octroyées pour ceux qui conçoivent des projets de consommation d’énergie. Pour que votre dossier soit éligible, le plombier chauffagiste qui va assurer l’aménagement doit avoir la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et une rénovation complète procure plus de financements, car cela démontre votre engagement à faire des efforts sur la préservation de l’environnement. Parmi les aides disponibles se trouvent :

– la Prime Énergie, destinée à tous les locataires, bailleurs et propriétaire d’une maison. Elle fait partie du programme CEE (Certificat d’Économie d’Énergie). Les travaux sont financés par une entreprise labellisée dans le secteur énergie. Le montant varie suivant le projet, le lieu et le niveau des ressources utilisés.

– MaPrimRénov est un nouveau type d’aide en vigueur cette année. Elle est la combinaison de deux subventions majeures telles que le Crédit d’impôt pour la Transition Énergétique, et les aides financés par l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat). La prime peut être versée après la réalisation des travaux, dont elle priorise l’utilisation des appareils qualifiés de THPE (Très Haute Performance Énergétique).

– L’Éco prêt à taux zéro est une facilité d’emprunt d’intérêt sur un plafonnement de crédit.

– Bénéficiez de la TVA à taux réduit de 5,5 % sur vos travaux de rénovation énergétique.

– Enfin, il est possible de consulter les aides locales disponibles auprès des collectivités.


Penser à changer son installation chauffage
Réparation électroménager : Comment trouver un dépanneur à domicile ?